Ce que nous n’écrirons jamais, sans certitudes : ce que Libération écrit à propos de la présence de l’OTAN en Ukraine

Ce que nous n’écrirons jamais, sans certitudes : ce que Libération écrit à propos de la présence de l’OTAN en Ukraine

Ci-dessous, vous trouvez une copie d’écran de cet article, signé par Pierre Alonso. Dans cet article intitulé « Programmes 2022, à fond le fond, L’OTAN, tu l’aimes ou tu la quittes », l’auteur écrit à propos de la Russie qu’elle accuse l’OTAN « de manière fantaisiste » « de fomenter des attaques depuis le territoire ukrainien ». Or pour pouvoir qualifier une telle affirmation de « fantaisiste », il faut pouvoir le prouver, être certain que l’OTAN n’a fomenté et accompli aucune attaque contre la Russie. Parce que :

1 – l’OTAN en a les capacités, par les hommes présents en Ukraine

2 – si l’OTAN « fomentait », « fomente » une attaque au moins, ce serait d’une manière habile, voire dissimulée

Comment le journaliste de « Libération » peut-il être CERTAIN que l’OTAN n’a pas préparé et exécuté, n’est pas en train de préparer, une attaque ? Il faudrait qu’il soit, soit au coeur de l’OTAN (?), soit qu’il soit présent sur le territoire ukrainien et que, sur l’ensemble de la frontière russo-ukrainienne, il soit en mesure de… On mesure en fait que cela est impossible. Quand au fait qu’il soit au coeur de l’OTAN, c’est aussi impossible parce que ce centre de commandements est, évidemment, dans le plus grand des secrets. Ce que présuppose cette affirmation, c’est que ce journaliste fait confiance aux déclarations de l’OTAN. Ce qui, sur le plan déontologique, est purement et simplement impossible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.