Défendre RT (France), c’est défendre un principe, des droits fondamentaux, et pas RT France en tant que telle, parce que nous ne partageons pas…

Défendre RT (France), c’est défendre un principe, des droits fondamentaux, et pas RT France en tant que telle, parce que nous ne partageons pas…

Ce samedi 12 mars 2022, RT France publie sur son site un article intitulé « Réfugiés ukrainiens : des politiques dénoncent des tentatives d’immigration extra-européenne« . Les « politiques » en question sont des membres du parti d’extrême droite, « Reconquête », dirigée par Eric Zemmour. Nous, nous aurions donc titré : « Réfugiés ukrainiens : le parti d’Eric Zemmour voit là aussi des migrants non européens« . La publication de cet article par RT France, avec un tel titre, une telle présentation, ne peut étonner. Le tropisme de cette chaîne en faveur de l’extrême-droite en France n’est plus à démontrer. Certains diraient alors : cela justifie donc que cette chaîne, qui, en sus, relaie la « propagande russe », soit désormais bloquée sur les réseaux sociaux et les « pure players ». Mais CNews est aussi une chaîne qui donne la parole de manière hégémonique à l’extrême-droite, comme certains programme de C8, MAIS AUSSI comme certains autres médias, des « chaînes publiques », comme France Inter, France Info, même si cette valorisation de l’extrême-droite y est plus modérée et habile (à la différence des « gros sabots » de CNews).

La chaîne ne met pas en perspective les problèmes de cette affirmation : à savoir que, en Ukraine, résidaient, résident, des « non Européens » qui ont tout autant besoin de migrer que les civils ukrainiens. Non Européens qui, cela a été amplement et justement relayé, ont pu être bloqués, par exemple à la frontière avec la Pologne, au motif qu’ils ont été perçus comme n’étant pas ukrainiens, et n’ayant pas la même nécessité de se déplacer. Le principe raciste de cette « interprétation » n’est pas à démontrer. Mais en outre, le problème de cette actuelle immigration d’Ukraine vers les autres pays d’Europe ne réside pas dans la couleur de peau ou la nationalité des personnes qui migrent, mais dans la réalité personnelle. QUI migre ? Si ce sont des civils, travailleurs, il n’y a pas de problème, mais l’Ukraine est connue pour être une plaque tournante d’activités mafieuses parmi les plus dangereuses et les plus criminelles. Autant dire qu’il vaut mieux que, dans les pays européens, des migrants non européens arrivent plutôt qu’un ukrainien, si celui-ci est un membre d’un réseau mafieux. Mais pour ce parti d’extrême-droite, un individu, ukrainien, mafieux, est le bienvenue, puisqu’il est blanc, chrétien. Il faudra voir, dans quelques mois ou dans quelques années, en fonction des événements à venir, ce que seront, éventuellement, les problèmes posés par de tels Ukrainiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.