Libération, la paille des Russes et la poutre aveugle

Libération, la paille des Russes et la poutre aveugle

Il y a quelques jours, l’Union Européenne a décrété que des médias russes, dont les chaînes RT qui étaient présentes dans de nombreux pays européens par des éditions spécifiques, devaient être bloquées (momentanément, officiellement). Et les Etats européens ont mis en oeuvre cette décision avec une célérité rarement observée. Libération a commenté cette décision, ces fermetures, sans s’y opposer (à l’inverse, ils ont accueilli des journalistes ukrainiens). Le pouvoir politique russe a fait voter une nouvelle législation clairement menaçante pour ces médias occidentaux. Libération a donc pris les devants, en cessant d’être présent en Russie, ET en dénonçant cette législation. Ce que Libération laisse faire ou même approuve, cette rédaction le reproche à la Russie. En outre, la décision russe est, par sa nature, plus légale (une loi), que la décision européenne, qui elle n’est pas fondée sur un droit européen effectif (lequel, au contraire, est censé protéger médias et journalistes). Libération soutient donc une décision européenne inconstitutionnelle et illégale, et rejette un même type de décision, qui, au regard du pays, respecte pourtant les principes du droit (une loi). Pour NOTRE part, nous défendons le PRINCIPE de la liberté d’existence et d’expression des médias, dans le respect des lois nationales en vigueur. Pour Libération, cette « liberté » est à géométrie variable : valable pour eux, et invalide pour d’autres auxquels ce quotidien s’oppose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.