Médiapart et l’indépendance, « La propagande poutienne est sur Cnews aujourd’hui » – deuxième partie

Médiapart et l’indépendance, « La propagande poutienne est sur Cnews aujourd’hui » – deuxième partie

Dans l’émission de TV5 Monde, « L’invité », Edwy Plenel évoque la fermeture de « Russia Today », qu’il ne remet pas en cause, et enchaîne en caractérisant « C News », sur laquelle s’exercerait « la propagande poutinienne ».

Concernant la fermeture de « Russia Today », dans les pays membres de l’UE, nous nous sommes exprimés au moment de celle-ci, et nous avons rejeté cette décision, honteuse pour l’UE comme pour la France. Il ne s’agit pas pour nous de nous aligner sur les principes éditoriaux et les contenus de RT France, pour lesquels il y avait de légitimes critiques à exprimer. Mais ces critiques, il y en avait autant et il y en a toujours autant pour des chaînes « françaises », dont CNews, mais aussi LCI, BFMTV, France 2, TF1, etc. Or, ces chaînes diffusent sans interruption. Les principes du droit européen comme du droit français ont été bafoués par cette décision de fermeture. Les pays qui ont décidé de cela se comparent souvent à la Russie, pour s’en différencier, alors que ces pays mettent en cause, en Russie, une « liberté de la presse », faible, relative. Et une des premières décisions de ces pays est de restreindre cette liberté : ou le média est conforme, valide, ou il est interdit. Le plus « comique » dans cette situation, est que la chaîne RT accueillait plus de personnalités, différentes, et diffusait plus de contenus politiques intéressants, mais avec une particularité, celle de pouvoir mettre en cause les Etats-Unis notamment. On a compris que pour certains, il y avait là un casus belli.

Est-ce que CNews diffuse de la propagande poutinienne ? Pour cela, il faudrait que ce que cette chaîne diffuse, H24, suive cette ligne politique. Est-ce le cas ? Nous sommes confrontés à une difficulté : suivre CNews pendant plusieurs heures, est difficile. C’est que, en effet, comme le dit Edwy Plenel, il s’agit d’une chaîne d’opinion, notamment en raison du temps d’antenne laissé à l’expression « libre » de divers commentateurs. Le niveau sur RT France était bien supérieur, avec des journalistes, des reportages, et peu de temps d’antenne pour des débats entre commentateurs. Et RT France diffusait aussi l’émission quotidienne de Frédéric Taddéi (dont les émissions, copiées sur Youtube, y ont été totalement supprimées), alors qu’une telle émission n’existe ni sur CNews ni ailleurs. Sur Cnews, des intervenants soutiennent, en effet, l’intervention russe en Ukraine, mais d’autres s’y opposent. Et cette chaîne fonctionne à coup de « polémiques », lesquelles n’existent jamais mieux que lorsque deux intervenants tiennent des positions très contraires. S’il n’est pas exact que CNews est une chaîne de la « propagande poutinienne », il est en effet exact qu’il est possible d’y entendre des intervenants tenir des propos favorables à la Russie. Or, en France, faire cela, est, ailleurs, impossible. Médiapart, pour ne citer qu’eux, n’a jamais reçu une telle personnalité.

Mais au-delà de cette focalisation sur Poutine et la Russie, ce propos illustre, en négatif, tout ce sur quoi Edwy Plenel ne consacre aucune attention, ni un papier, comme Médiapart. Edwy Plenel aurait-il une telle formule contre Joe Biden, pour stigmatiser une « propagande bidenienne » ? Pourtant, les actions américaines dans le monde sont tout aussi problématiques que celles de la Russie en Ukraine. En voici quelques exemples.

  • dans cette émission de Blast (au-dessus), Marc Eichinger explique que, après la fin de la présence américaine en Afghanistan, il y avait eu une panique dans le lobby militaro-industriel, en raison de la perspective d’une baisse des achats d’armes, et que le début de la guerre en Ukraine a été pour celui-ci une « divine surprise »
  • Contre le Yemen, les Etats-Unis, comme la France, ont vendu à l’Arabie Saoudite plusieurs milliards d’armes, qui ont contribué à faire des centaines de milliers de victimes, directes et indirectes
  • au Venezuela, les sanctions américaines qui durent depuis des années privent, et ce illégalement au regard du droit international, cet Etat, de ressources financières qui lui appartiennent, qui lui reviennent, et ce y compris par du piratage d’Etat. Des millions de Venezueliens subissent les effets de ces sanctions. Il y a 3 ans, Trump multipliait les décisions, qui annonçaient une intervention américaine au Venezuela. Mais les préparatifs pour repousser une invasion ont dissuadé les Etats-Unis d’intervenir, au grand dam du gouvernement colombien et de Juan Guaido, lequel a été proclamé véritable président du Venezuela pendant des années, avant d’être totalement oublié… L’actuel gouvernement américain maintient ses sanctions, puisque ses danses du ventre pour séduire le gouvernement vénézuélien, se sont soldées par un échec. Ci-dessous, un exemple d’une émission française de propagande contre le Venezuela, au soutien de la « politique américaine », et il y en a beaucoup d’autres, comme celle-ci. Un « think tank » américain constate les effets préjudiciables de ces sanctions.

Et la liste n’est pas complète : il y a les sanctions contre l’Iran, les sanctions contre la Russie qui ont des effets en Europe, les sanctions contre la Chine, contre la Syrie, et d’autres encore. Les décisions de Trump, puis celle de Biden, ou la continuité de Biden sur celles de Trump, ont plus d’effets négatifs sur plus de personnes que les actions de la Russie.

Un média INDEPENDANT n’a pas à choisir entre ces Etats et ces effets. C’est pourtant ce que Edwy Plenel fait. Il ne parle jamais de « propagande bidenienne ». Pourtant, il y a, en France, de nombreux médias pro-américains. A rebours du principe de « l’indépendance » et de la rigueur, le propos d’Edwy Plenel trahit donc sa « promesse ». Si nous faisons le même métier, nous ne le faisons pas de la même façon, avec le même niveau d’exigence. Nous sommes au regret de constater que cette « grande conscience française » se caractérise par des contradictions et des incohérences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.