RT (RT France) et la propagande : le blocage de la diffusion de ces chaînes en Europe constitue un aveu de l’UE, et le silence de tant de médias « anti Bolloré » en dit long sur leur conception de la « démocratie »

Les dirigeants de l’Union/Commission Européenne ont donc parlé avant les chefs d’Etat. Ils ont indiqué que « l’Union Européenne », sans consultation approfondie, des Etats, des élus au Parlement Européen, et des instances de droit, décidait, en urgence, que les chaînes RT (Russia Today et Spoutnik), avec leurs déclinaisons nationales, leurs comptes de réseaux sociaux, étaient bloqués, empêchés de diffuser (seuls les sites Internet sont, à cette heure, toujours disponibles). Et dans les heures qui ont suivi, les Etats européens ont mis en oeuvre les moyens de cette décision. Le motif de ces blocages/fermetures a été énoncé : le fait que ces chaînes diffusent de la « propagande de l’Etat russe », et que, étant donné ce fait, dans le contexte de la guerre en Ukraine menée par la Russie, il faut protéger les citoyens européens des affirmations et mensonges du gouvernement russe. Depuis plusieurs années, des citoyens mettent en cause les principes, la structuration, le fonctionnement, et leurs conséquences, de l’UE, en tant qu’organisation bureaucratique et néolibérale, antidémocratique. Il faut constater que la plupart des citoyens européens considèrent que l’euro est une réussite et une force, que « l’union » des Etats européens en est une autre, même si les pratiques et les objectifs de cette « union » leur déplaisent, ou plus encore. Mais l’idée que pour leur pays, il y ait une sortie, à l’instar de ce qu’a été le Brexit pour les Anglais, ne motive pas beaucoup d’Européens. Mais avec la crise européenne en cours, on peut penser que nombre d’Européens vont devoir réviser leurs critères et leurs analyses du Léviathan européen qui, d’un claquement de doigt, a pu décréter qu’une chaîne de télévision devait cesser d’être diffusée dans l’ensemble de l’UE. Parce que ce sujet touche à la question des principes juridiques européens. On aurait pu penser qu’une telle intention aurait pu être annoncée comme « étant à l’étude » et qu’il serait demandé que des spécialistes en droit soient consultés pour vérifier la légalité de cette décision. Pour les dirigeants européens, respecter une procédure politico-juridique qui aurait pris du temps, est, inutile, superflu, stupide. Il faut foncer. Et donc depuis aujourd’hui, les médias visés n’émettent plus. Ironie du sort, la chaîne de télévision ukrainienne s’est retrouvée aujourd’hui dans la même situation, mais en raison du tir d’un missile sur son installation émettrice à Kiev. Les Européens ont usé d’un missile invisible : ils ont décidé, décrété, les Russes d’un missile concret, pour le même résultat. Or l’Union Européenne fait toujours valoir qu’elle est une garante des droits fondamentaux. Le fait qu’elle bafoue autant des principes de droit que l’esprit même de ce droit « européen » censé être protecteur en dit long et sur les faiblesses de ce droit, et sur ce qu’est l’Union Européenne concrètement, à savoir un pouvoir politique autocratique. Précisément ce que ces mêmes dirigeants européens reprochent à la Russie et à Poutine.

Mais il y a d’autres victimes de cette violence politique : les médias européens, comme français, qui, face au blocage, à la fermeture, de RT France, se taisent. Autrement dit : qui ne dit mot consent. C’est une déflagration, en silence. Nous avons donc là des « consciences » qui se prétendent, sensées, civiques, liées à des « médias indépendants » qui accompagnent une décision de l’autocratie européenne. Quelles sont ces consciences, qui sont ces médias « indépendants » ? Nous y reviendrons dans les prochains jours. En attendant, nous adressons aux dirigeants de RT France, aux journalistes concernés, notre soutien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.